03/10/2011

CEREMONIE COMMEMORATIVE A LA STELE DU RUCHARD A AVON LES ROCHES LE 1ER OCTOBRE 2011

SOUVENIR Les fusillés de 1942 commémorés au camp du Ruchard

Une douzaine de gerbes ont été déposées devant la stèle du souvenir.

Comme chaque année, de nombreuses personnalités se sont recueillies samedi, au Camp du Ruchard à Avon-les-Roches , pour y saluer la mémoire des résistants tourangeaux fusillés sur place par les Nazis en 1942. 

Le député du Chinonais, Hervé Novelli, était notamment entouré des conseillers généraux, Nadège Arnault et Jean Savoie. Pas moins de 56 porte-drapeau avaient pris place autour de la stèle du souvenir en compagnie d'un détachement militaire placé sous les ordres du commandant Bernard Aurenche.

  extrait de la Nouvelle République du 3 octobre 2011



Samedi, les membres du comité de patronage et de l'association ont organisé comme chaque année la cérémonie du souvenir en présence de 56 porte-drapeaux, réunissant de nombreuses personnalités civiles et militaires à la stèle du Ruchard (voir également lundi 2 octobre, page 5). 


Cette cérémonie en présence de l'Harmonie de la Fuye de Tours, se déroule chaque année afin de ne pas oublier qu'en 1942, 27 résistants tourangeaux ont été fusillés en France, dont 15 au camp du Ruchard, 10 ont été déportés politiques et ont disparu dans l'enfer d'Auschwitz Birkenau. 



'' La stèle et la tranchée font partie de notre environnement ''



Après la cérémonie à la stèle, ce fut un dépôt de gerbe à la tranchée des fusillés avant de se rendre dans les locaux du camp du Ruchard où le capitaine Aurenche accueillit les invités : « Cette belle journée d'été ne doit pas nous faire oublier ces jours sombres qui ont fait disparaître ces jeunes gens, ici, au Ruchard. C'est pour ça que nous sommes là, pour le devoir de mémoire qu'il faut préserver, qu'il faut prolonger et transmettre.

« Pour nous, les hommes du Ruchard, c'est plus précis, présent et plus constant. La stèle et la tranchée des fusillés font partie de notre environnement. On ne peut les oublier, on ne peut les ignorer. On en parle même, forcément, et c'est bien normal, aux troupes qui viennent s'entraîner. Et tant qu'il y aura des hommes sur le camp, ça continuera. »

Le capitaine Aurenche a tenu à remettre des cadeaux-souvenirs à la présidente Andrée Deroche et au secrétaire du Comité de la stèle du camp du Ruchard, Jean-Maurice Pialeport.



extrait de la Nouvelle République du 8 octobre 2011















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire